Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

L'ingénieur 312 : Space Generation Advisory Council (SGAC)

Article de "L'ingénieur"

-

19/06/2020

cet article est le sixième article du dossier "L'espace en 2020 : Enjeux et perspectives" paru dans L'ingénieur n°312

Pauline Delande est diplômée de l’INSA de Toulouse (génie mécanique) et de l’ISAE-Supaero (ingénierie des systèmes spatiaux). Elle travaille comme ingénieure bord au CNES de Toulouse, en charge de préparer et de réaliser des opérations sur des satellites d’observation de la Terre. Impliquée au Space Generation Advisory Council (SGAC) depuis deux ans, elle est désormais point de contact national (NPoC) pour la France et co-responsable de l’évènement SG[France]2020 : Our Giant Leap. 

Guillaume Thirion est diplômé de l’ENAC (ingénierie aérospatial) et de l’ISAE-Supaero (ingénierie des systèmes spatiaux). Actuellement en fin de master à l’Institut de physique du globe de Paris, ses sujets de recherche actuels comprennent l’utilisation des ressources in situ (ISRU) et l’utilisation de sites analogues terrestres, à la fois pour la compréhension des processus géophysiques/géologiques sur d’autres planètes ainsi que, dans le contexte de l’exploration spatiale, pour l’adaptation et le test de technologies lors de missions analogues. Point de contact national SGAC en France, il est membre de l’Association Planète Mars (APM) ainsi que du forum spatial autrichien (OeWF) où il est membre de l’équipe « Contrôle de vol », en support des simulations martiennes analogues.  

SPACE GENERATION ADVISORY COUNCIL (SGAC)

Une force de 15 000 membres dans 150 pays représentant les 18-35 ans du secteur Espace auprès des institutions et des entreprises.

Le Space Generation Advisory Council (SGAC) est une organisation non gouvernementale à but non lucratif.

Objectifs et activités

Son objectif est de représenter des étudiants et des jeunes professionnels de 18 à 35 ans du secteur spatial auprès de l'Organisation des Nations unies, des agences spatiales, des industries et des universités. Créée en 1999, l’idée était d’« utiliser la créativité et la vigueur des jeunes pour faire progresser l'humanité dans l'espace dans le cadre des utilisations pacifiques ».

Aujourd’hui, cette organisation compte plus de quinze mille membres dans plus de cent cinquante pays. Parmi ses nombreuses activités, le SGAC organise plus qu’une quarantaine d'événements annuels qui permettent aux membres de se rencontrer et d’échanger sur des thématiques spatiales.

 Sous forme d’ateliers animés par des spécialistes, ces échanges sont source de réflexion et discussions pour préparer les nouvelles générations aux problématiques du secteur, et les rendre actrices. Les thèmes sont aussi variés que la contribution du spatial au développement durable, l’utilisation des données satellites au développement territorial, la mise en place de partenariats publics-privés, l’évolution des cadres juridiques spatiaux, la promotion de la diversité au sein des organisations, etc.

Les membres SGAC pendant SG[France] 2019 : Moon for All. (© SGAC)


Les recommandations qui sont émises lors de ces manifestations internationales, régionales et locales ou dans le cadre de groupes de travail, sont ensuite synthétisées dans des rapports et présentées à l'Organisation des Nations unies et aux agences spatiales. De plus, il s’agit d’un formidable outil de formation et de réseautage pour les membres SGAC à travers le monde.

Une position forte auprès des Nations unies

En effet, le SGAC a le statut d'observateur permanent auprès du Comité de l'ONU pour l’utilisation pacifique de l’espace extra-atmosphérique (UN COPUOS). Il participe à la réunion annuelle ainsi qu'à ses sous-comités juridiques, scientifiques et techniques. Le SGAC est doté du statut consultatif auprès du Conseil économique et social de l'Organisation des Nations unies (ECOSOC), contribuant aux discussions sur le rôle de l'espace dans la réalisation des objectifs de développement durable de l'ONU. Il est également partenaire de l’International Astronautical Federation (IAF). Enfin, il s’engage dans des projets concernant des domaines tels que l'éducation, la diversité, la collaboration internationale et la vulgarisation spatiale en motivant d'autres membres des nouvelles générations à s'intéresser à l'espace.

Et en France ?

Le réseau SGAC en France compte aujourd’hui plus de cent vingt membres actifs, jeunes professionnels ou étudiants. Les points de contact nationaux (NPoCs) sont élus pour deux ans et représentent le SGAC dans ce pays en fédérant les membres autour de projets, rencontres ou activités de réseautage avec des agences ou entreprises européennes. L’année dernière, l'événement local SG[France] 2019 : Moon for All a réuni une cinquantaine de membres sur une journée à Paris autour des problématiques d’exploration lunaire. Cette année, SG[France]2020 : Our Giant Leap sera quant à lui orienté sur l’égalité des genres et la diversité dans le secteur aérospatial. Pour les deux prochaines années, le gros défi de la communauté française du SGAC est la préparation de son événement annuel et international : le Space Generation Congress (SGC) qui se tiendra conjointement au Congrès d’astronautique international (IAC) de Paris en 2021. Il réunira environ cent cinquante étudiants et jeunes professionnels du monde entier pendant plusieurs jours pour se concentrer avec les agences (NASA, ESA, CNES, DLR, JAXA...) et industriels spatiaux (Airbus, Thales) sur des sujets spatiaux clés.

Comment s’impliquer au SGAC ?

– S’inscrire sur le site internet du SGAC www.spacegeneration.org pour recevoir des informations régulières par courriel ;
– consulter et postuler aux offres en ligne pour devenir un membre actif ;
– rejoindre le Slack du SGAC pour s’ouvrir à la communauté internationale du SGAC ;
– rejoindre le WhatsApp « SGAC France » pour lancer des débats et partager des opportunités avec la communauté française.

La délégation SGAC durant le congrès annuel SGC 2019, qui a réuni près de 150 membres venant du monde entier, en prémisse du Congrès d’astronautique international. (© SGAC)

.Pauline Delande - pauline.delande@spacegeneration.org 

.Guillaume Thirion - guillaume.thirion@spacegeneration.org 

(points de contact SGAC France)



438 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Article de "L'ingénieur"

L'ingénieur 312 - De Lille à l'Agence Spatiale Japonaise, portrait d'une alumni

photo de profil d'un membre

Antoine BOCQUIER

19 juin

Article de "L'ingénieur"

L'ingénieur 312 : Le développement d’infrastructures spatiales en mode collaboratif. L'initiative Fédération.

photo de profil d'un membre

Antoine BOCQUIER

19 juin

Article de "L'ingénieur"

L'ingénieur 312 : La dynamique et les ressorts du NewSpace, analyse d'un cas emblématique

photo de profil d'un membre

Antoine BOCQUIER

15 juin